Encéphalite Japonaise

Encéphalite Japonaise

L’encéphalite japonaise est une maladie infectieuse potentiellement mortelle que l’on trouve principalement en Asie, où l’on estime que 68 000 cas cliniques surviennent chaque année. (1)

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter votre médecin ou votre pharmacien.

Informations générales

  • L’encéphalite japonaise (EJ) est une maladie rare chez les voyageurs, mais peut avoir de graves conséquences. (2)
  • La maladie est endémique dans 24 pays d’Asie et du Pacifique occidental, pas seulement au Japon. (2)
  • L’EJ est causée par des piqûres de moustiques Culex porteurs du virus de l’EJ. (2-4)
  • L’EJ cause une inflammation du cerveau, qui peut causer le coma, la paralysie et la mort. (3,4)
  • Les personnes ayant contracté l’EJ peuvent conserver des séquelles physiques et mentales de façon permanente. (2,4)
  • Il n’existe actuellement aucun traitement pour l’EJ. (3)
  • La vaccination et la prévention des piqûres de moustiques sont les seules méthodes de protection. (3)

Qu’est-ce que l’EJ ?

L’encéphalite japonaise (EJ) est une maladie potentiellement grave (3) causée par le virus Flavivirus. Ce virus est apparenté aux virus Zika, de la dengue, de la fièvre jaune et du virus du Nil occidental. (2) L’encéphalite japonaise est la principale cause d'encéphalite virale en Asie. (3) L’encéphalite japonaise est causée par l’infection par des moustiques, principalement de l’espèce Culex, qui ont mordu un animal infecté par le virus EJ. (2-4)

Où l’EJ est-elle présente ?

map
Adapté du : Centers for Disease Control and Prevention. Yellow Book 2016. Chapter 3 Infectious Diseases Related to Travel. Japanese Encephalitis. July 2015

L’encéphalite japonaise est endémique dans 24 pays d’Asie et du Pacifique occidental. (2,3) La transmission du virus par les moustiques se produit principalement dans les zones agricoles rurales, et en particulier lors de la culture du riz avec irrigation par inondation. Dans les régions tempérées d’Asie, la transmission est saisonnière et on estime que la maladie EJ est la plus élevée en été et en automne. Dans les régions subtropicales et tropicales, la transmission de l’EJ varie et la maladie peut survenir toute l’année. (2)

PDF Pays à risque de transmission de l’encéphalite japonaiseTableau extrait du BEH Hors-série « Recommandations sanitaires pour les voyageurs, 2019 » du 21 mai 2019, pages 6 et 7

Qui risque de contracter l’EJ ?

Toute personne qui se rend dans des régions où l’EJ est endémique risque de contracter l’EJ. (2) Les voyageurs qui sont susceptibles de passer du temps à l’extérieur dans des zones rurales ou agricoles ou de participer à des activités de plein air, comme le camping, la randonnée pédestre, le trekking, le vélo, la pêche, la chasse ou l’agriculture sont à risque. Rester dans un logement sans climatisation ou moustiquaire peut également mettre les voyageurs en danger. (3)

Quels sont les symptômes et les effets de l’EJ ?

La plupart des personnes infectées par l’encéphalite japonaise ne présentent aucun symptôme et ne développent pas la maladie. (2) Toutefois, dans un petit nombre de cas, l’encéphalite aiguë est le signe clinique le plus fréquent de la maladie, observé entre 5 et 15 jours après l’infection. (2) Cela se traduit par l’apparition soudaine de fièvre, de maux de tête et de vomissements, qui se transforment en encéphalite. L’état mental de la personne infectée peut se détériorer, il peut y avoir des changements neurologiques, une faiblesse physique et des troubles du mouvement, comme des tremblements et de la rigidité, et les crises peuvent causer le coma ou la paralysie. (2-4) Jusqu’à un tiers des patients atteints d’encéphalite japonaise symptomatique, décèdent. Parmi les personnes ayant contracté l’EJ, entre un tiers et la moitié peuvent conserver des séquelles neurologiques, cognitives ou psychiatriques irréversibles. (2)

Comment peut-on traiter l’EJ ?

Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique pour l’EJ - la prévention est le seul moyen de se protéger contre la maladie. (2,3)

Références

  1. WHO Fact Sheet who.int
  2. Centers for Disease Control and Prevention. Yellow Book 2016. Chapter 3 Infectious Diseases Related to Travel. Japanese Encephalitis. July 2015. wwwnc.cdc.gov
  3. Recommandations sanitaires pour les voyageurs, BEH 21 mai 2019; p6-7
  4. Centers for Disease Control and Prevention. Japanese Encephalitis. Frequently Asked Questions. August 2015. cdc.gov

Choléra

En savoir plus

2020 - Mettez à jour votre navigateur...