Cholera

Choléra

Le choléra est une infection intestinale aiguë causée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par la bactérie Vibrio cholerae. (1,2,5)

Pour de plus amples renseignements, veuillez contacter votre médecin ou votre pharmacien.

Informations générales

  • Le choléra est une maladie extrêmement virulente causée par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés. (1,2)
  • La maladie est endémique en Afrique, en Asie et en Amérique centrale et du Sud et prévaut dans les régions où l’assainissement est insuffisant. (1,2,4)
  • On estime que chaque année, il y a environ 1,3 à 4,0 millions de cas et 21 000 à 142 000 décès par an dans le monde dus au choléra. (1)
  • Le choléra symptomatique se manifeste par une diarrhée aqueuse, des vomissements et une déshydratation sévère, qui peuvent entraîner la mort s’il n’est pas traité. (1,2)

Qu’est-ce que le choléra ?

Le choléra est une infection diarrhéique aiguë causée par l’ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par la bactérie Vibrio cholerae provenant des selles de personnes infectées. (1) C’est une maladie extrêmement virulente, causant la mort chez les adultes et les enfants en quelques heures dans certains cas. (1,2) Les foyers de choléra sont principalement causés par 2 sérogroupes de V. cholerae, mais de nouvelles variantes particulièrement virulentes et associées à des taux de mortalité élevés ont aussi été récemment identifiées en Asie et en Afrique. (1)

Où le choléra est-il présent ?

map
 zones à risque de choléra
Adapté de : World Health Organization. Cholera, areas reporting outbreaks, 2010 – 2014

Le choléra est endémique dans de nombreuses régions du monde qui sont des destinations de voyage populaires, notamment en Afrique, en Asie, en Amérique du Sud et en Amérique centrale. (2-4) Il est plus susceptible de se produire dans les endroits où le traitement de l’eau, l’hygiène et l’assainissement sont inadéquats, comme les bidonvilles périurbains et les camps de réfugiés. (1,2) Le choléra peut être contracté via des bactéries présentes dans les rivières saumâtres ou les eaux côtières. Les crustacés consommés crus provenant de ces zones peuvent également être une source de choléra. (2)

Quels sont les personnes à risque de contracter le choléra ?

Les personnes qui se rendent dans des endroits où l’assainissement laisse à désirer courent le plus grand risque de contracter le choléra. (1,2) Les volontaires, les travailleurs humanitaires et le personnel médical dans les situations de secours en cas de catastrophe et ceux qui se rendent dans les bidonvilles/camps de réfugiés, les zones touchées par des catastrophes naturelles ou les pays touchés par des épidémies de choléra sont plus vulnérables. (5) Le choléra ne se transmet pas directement d’une personne à l’autre ; le contact avec des personnes infectées ne constitue donc pas un facteur de risque. (2)

Quels sont les symptômes du choléra ?

Chez la majorité des personnes (80 %) qui contractent le choléra, la maladie est asymptomatique. Cependant, V. cholerae sera présent dans les fèces des individus infectés jusqu’à 10 jours après l’infection et sera libéré dans l’environnement pour infecter potentiellement d’autres personnes. (1) Les personnes qui présentent des symptômes développent soit des symptômes légers à modérés (80 %), soit une diarrhée aqueuse aiguë (appelée " diarrhée du voyageur " *) (3), des vomissements et des crampes aux jambes avec une déshydratation sévère (dans 20 % des cas), qui peuvent entraîner la mort si elles ne sont pas soignées. (1,2)

*d’autres organismes, parasites et virus’ peuvent également provoquer ces diarrhées aqueuses aigues

Comment traite-t-on le choléra ?

Le traitement du choléra consiste à se réhydrater après une perte de liquides due à la diarrhée. Les patients peuvent être traités avec de grandes quantités de solution de réhydratation orale, qui est une préparation de sucre et de sels mélangés à de l’eau. (1) Les cas graves peuvent nécessiter un remplacement du liquide par voie intraveineuse et des antibiotiques peuvent également être administrés pour réduire la durée des épisodes diarrhéiques et diminuer l’excrétion des bactéries V. cholerae. (1) Avec l’administration rapide de liquides de réhydratation, moins d’1% des patients atteints du choléra ne devraient mourir. L’administration rapide des liquides de réhydratation entraîne la mort de moins d’un patient atteint du choléra. (1-3) Toute personne qui développe une diarrhée grave et des vomissements dans un pays où l’on sait que le choléra est présent devrait consulter immédiatement un médecin.

Références

  1. World Health Organization. Cholera. Factsheet no.107. July 2015. who.int
  2. Centers for Disease Control and Prevention. Cholera. General Information. November 2014. cdc.gov
  3. Zuckerman JN, Rombo L, Fisch A. The true burden and risk of cholera: implications for prevention and control. Lancet Infect Dis 2007; 7: 521–530.
  4. World Health Organization. Cholera, areas reporting outbreaks 2010-2014. gamapserver.who.int
  5. European Centre for Disease Prevention and Control. Health Topics. Cholera. Factsheet. ecdc.europa.eu

Encéphalite Japonaise

En savoir plus

2020 - Mettez à jour votre navigateur...